Форум кафедры иностранных языков и перевода УрФУ

Обратно на сайт

You are not logged in.

#1 2010-12-29 17:40:08

Svt
Member

Перевод с французского. Худ. проза

Virginie Despentes
Apocalypse bébé

Il n'y a pas si longtemps de ça, j'avais encore trente ans. Tout pouvait arriver. Il suffisait de faire les bons choix, au bon moment. Je changeais souvent de travail, mes contrats n'étaient pas renouvelés, je n'avais pas le temps de m'ennuyer. Je ne me plaignais pas de mon niveau de vie. J'habitais rarement seule. Les saisons s'enchaînaient façon paquets de bonbons : faciles à gober et colorés. J'ignore à quel moment la vie a cessé de me sourire.

Aujourd'hui, j'ai le même salaire qu'il y a dix ans. À l'époque, je trouvais que je m'en tirais bien. L'élan s'est ralenti, après mes trente ans, un souffle qui me portait s'est éteint. Et je sais que la prochaine fois que je me retrouverai sur le marché de l'emploi, je serai une femme mûre, sans qualification. C'est comme ça que je m'accroche à la place que j'ai, comme si ma vie en dépendait.

Ce matin-là, j'arrive en retard. Agathe, la jeune standardiste, tapote sa montre du doigt, en fronçant les sourcils. Elle porte des collants fluo jaunes et des boucles d'oreilles roses en forme de cœur. Elle a facile dix ans de moins que moi. Je devrais ignorer son petit soupir contrarié quand elle trouve que je prends trop de temps à enlever mon manteau, au lieu de quoi je bafouille une excuse incompréhensible, et je file frapper à la porte du chef. De l'intérieur de son bureau s'échappent de longs cris rauques. Je recule d'un pas, effrayée. J'interroge Agathe du regard, elle grimace et chuchote « c'est madame Galtan, elle vous attendait devant l'entrée, avant l'ouverture, ce matin. Deucené se fait agonir depuis vingt minutes. Entre vite, ça va la calmer ». Je suis tentée de tourner les talons et dévaler les escaliers, sans un mot d'explication. Mais je frappe à la porte, et on m'entend.

Pour une fois, Deucené n'a pas besoin de jeter un œil aux dossiers éparpillés sur son bureau pour se souvenir de mon nom.
- Lucie Toledo, que vous avez déjà rencontrée, elle était justement...
Il n'a pas l'occasion d'aller au bout de sa phrase. La cliente l'interrompt en vociférant :
- Mais t'étais où, connasse ?
Elle me laisse deux secondes pour encaisser le coup de poing verbal, puis enchaîne, en augmentant le volume :
- Tu sais combien je te paye pour que tu ne la perdes pas de vue ? Et elle dis-pa-raît ? Dans le métro ? Dans le MÉ-TRO, idiote, tu as quand même réussi l'exploit de la perdre dans le métro ! Et tu attends une demi-journée avant de me laisser un message pour me prévenir ? L'école a prévenu avant toi ! Ça te semble normal ? Tu as l'impression d'avoir correctement fait ton travail, peut-être ?
Cette femme est habitée par le Diable. Je ne dois pas être assez réactive à son goût, elle se désintéresse de mon cas et se retourne contre Deucené :
- Et pourquoi cette gourde suivait Valentine ? Vous n'avez rien de plus brillant, en stock ?
Le chef n'en mène pas large. Acculé par les circonstances, il me couvre.
- Je vous assure que Lucie est l'un de nos meilleurs éléments, elle a une grande expérience du terrain et...
- Ça vous semble normal de perdre une gamine de quinze ans sur le trajet qu'elle effectue chaque matin ?
J'avais rencontré Jacqueline Galtan pour l'ouverture du dossier, dix jours auparavant. Carré blond court impeccable, talons aiguilles à semelles rouges, c'était une femme froide, bien rafistolée pour son âge, très précise dans ses indications. Je n'avais pas deviné qu'à la moindre contrariété, elle serait sujette au syndrome de la Tourette. Sous l'effet de la rage, les rides de son front se creusent, le Botox a perdu la partie. Un peu d'écume blanche perle aux commissures de ses lèvres. Elle tourne en rond dans le bureau, ses épaules étroites sont secouées de spasmes :
- Vous avez fait COMMENT, bougre d'imbécile, pour la perdre dans le MÉTRO ???
Ce mot l'excite. En face d'elle, Deucené se ratatine. Ça me fait plaisir de le voir rétrécir, lui qui ne perd jamais une occasion de jouer les durs de salon. Jacqueline Galtan improvise un monologue à la mitraillette, elle s'attaque, pêle-mêle, à ma sale gueule, mes fringues infectes, mon incapacité à faire mon boulot alors qu'il n'est pas très difficile à faire et au manque d'intelligence qui caractérise tout ce que j'entreprends. Je me concentre sur le crâne chauve de Deucené, parsemé de taches brunes obscènes. Court sur pattes et bedonnant, le chef n'est pas très sûr de lui, ce qui le rend volontiers brutal, face aux subalternes. Dans le cas présent, il est tétanisé de trouille. J'avance une chaise et m'installe au bout de son bureau. La cliente reprend son souffle, j'en profite pour m'immiscer dans la conversation :
- Ça s'est passé tellement vite... Je ne pensais pas que Valentine risquait de disparaître. Vous croyez que c'est une fugue ?
- Tiens, ça tombe bien qu'on en parle : c'est justement parce que j'aimerais le savoir que je vous paye.
Deucené a étalé sur son bureau un certain nombre de photos et de comptes rendus. Jacqueline Galtan saisit une feuille de rapport au hasard, entre deux doigts, comme s'il s'agissait d'un insecte mort, y jette un bref coup d'œil, puis la laisse retomber. Ses ongles sont impeccables, rouge laqué. Je me justifie :
- Vous m'avez demandé de suivre Valentine, de rendre compte de ses déplacements, fréquentations, activités... Mais jamais je n'ai envisagé qu'il pourrait lui arriver quelque chose. On ne parle pas des mêmes procédures, vous comprenez ce que je veux dire ?
Elle fond en larmes. Il ne manquait plus que ça pour nous mettre à l'aise.
- C'est terrible de ne pas savoir où elle est.
Deucené, penaud, bredouille en évitant son regard :
- Nous ferons tout ce que nous pouvons pour vous aider à la retrouver... Mais je suis sûr que la police...
- La police ? Vous croyez que c'est important, pour eux ? Tout ce qui les intéresse, c'est publier la nouvelle dans les médias. Ils n'ont qu'une idée en tête : parler aux journalistes. Vous pensez vraiment que Valentine a besoin de cette publicité ? Vous croyez que c'est une jolie façon de commencer sa vie ?
Deucené se tourne vers moi. Il aimerait bien que j'invente une piste. Mais j'étais la première surprise, ce matin-là, quand je ne l'ai pas retrouvée au café en face de l'école. La cliente reprend :
- Je prendrai les frais en charge. Nous ferons un avenant au contrat original. J'offre une prime de cinq mille euros si vous la ramenez en quinze jours. En contrepartie, si vous n'obtenez aucun résultat, je vous ferai vivre l'enfer sur terre. Nous avons des relations et j'imagine qu'une agence comme la vôtre n'a aucune envie de subir toute une série de contrôles... désagréables. Sans parler de la mauvaise publicité.

Offline

 

Board footer

Написать администратору
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson